Le rire du grand blessé, Cécile COULON

Le rire du grand blessé, Cécile Coulon, août 2015, Points, 136 pages, littérature française, « L’autre rentrée littéraire ».

En trois mots: Dictature, Agent, Livre.

 

le rire du gd blessé Mon résumé: Au cœur d’un régime totalitaire, qui n’est jamais défini comme tel, les livres sont utilisés à des fins d’asservissement de la population. Les « livres d’avant » ont été détruits; seuls les livres Frisson, Terreur et Chagrin, estampillés par le Programme, sont autorisés à être communiqués aux individus, sous forme de lecture publique. Lors de ces Manifestations, qui ont lieu dans des stades, la population entre en transe dès lors que les mots leur parlent. Elles sont encadrées par les Agents du Service National, hommes exclusivement sélectionnés sur des qualités physiques mais aussi sur leur non alphabétisation. 1075 est le meilleur Agent créé par le Programme. Pourtant, un incident va venir chambouler l’ordre si bien établi…

Mon avis: Honte à moi, quitte à vous choquer, je n’ai ni lu Georges Orwell ni Ray Bradbury… Or il paraît que cette dystopie s’inscrit dans la droite lignée de ces prédécesseurs. Je n’aurais donc pas de comparaison à vous proposer, juste mes impressions de lecture, qui s’avèrent très positives!

Dans « Le rire du grand blessé » l’espace temps n’est pas défini. Les phrases sont courtes, glaçantes, incisives. La violence et la peur ne sont jamais nommées, alors que l’environnement propre du Programme laisse imaginer le pire: tous les faits et gestes sont surveillés, aussi bien ceux des membres actifs que ceux de la populace. La division du travail, sous-entendu la division de la surveillance, est confiée à autant de petits groupes qu’il existe des missions. Ainsi, il est quasi impossible de mettre en place une résistance. De plus, intégrer le Programme via le métier d’Agent permet aux petites gens de quitter leur misérable vie et de gagner un véritable confort. Dès lors, aucune remise en cause dudit Programme ne peut être envisagée.

La société évolue selon un régime dictatorial: seul le pouvoir a accès au savoir, à la connaissance, au bien être. Les individus classifiés de « dangereux » sont les citadins qui savent lire. Ils faut les annihiler. Les autres, les paysans qui s’épuisent aux champs, sont analphabètes; cela leur donne une chance de s’élever au sein du Programme où la misogynie, au passage, est de mise. La  seule et unique faille du Programme est d’utiliser les hommes à la place des machines. Un homme, même le meilleur -c’est à dire le plus discipliné, le plus virulent- du Programme est capable de penser; le Programme ne peut pas encore contrôler les pensées les plus intimes de son personnel et c’est bien là que le bas blesse…

Ce texte est effrayant tant il touche à l’actualité: le savoir c’est le pouvoir. Détruire le savoir, c’est s’octroyer le pouvoir. Ici, ce sont les livres qui véhiculent le savoir. Ailleurs c’était des statuts, des antiquités (Palmyre CQFD). Le règne par la peur est l’apanage de tout homme frustré, le véritable danger c’est lui, ce ne sont ni les livres, ni les statuts, ni un peuple, ni…ni… Une belle déclaration d’amour aux mots, aux livres et à l’éducation.

Un texte court et percutant. A lire.

Ce livre est sorti en broché pour la rentrée littéraire de l’année dernière (2014) et sort en poche un an plus tard, d’où « l’autre rentrée littéraire »sous entendu des livres de poche…Livre offert par les éditions « Le Point » dans le cadre d’un concours.

Publicités

7 réflexions sur “Le rire du grand blessé, Cécile COULON

  1. Ping : Le rire du grand blessé – Cécile Coulon | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s