Dix-sept ans, Colombe SCHNECK

Dix-sept ans, Colombe SCHNECK, février 2015, Grasset, 91 pages, littérature française contemporaine, témoignage autobiographique.

En trois mots: liberté, adolescence, avortement

 

17 ans Quatrième de couverture: « On m’a élevée ainsi: les garçons et les filles sont à égalité. Je suis aussi libre que mon frère, ma mère est aussi libre que mon père. C’est faux. Je suis une fille, pas un garçon. J’ai dix-sept ans, mon corps me trahit, je vais avorter. J’y pense toujours, je n’en parlerai jamais à personne. Parfois je ne suis pas loin de dire le mot, de le partager avec une amie proche. Et puis non, je renonce. Pourquoi ce silence? »

Mon avis: Colombe SCHNECK en quelques pages, quelques mots, couche sur le papier un événement douloureux de sa vie – l’avortement de ses dix-sept ans tenu jusqu’à présent secret et avec lequel elle a appris à vivre – avec une intensité remarquable.

Issue de la génération soixante-huitard, la liberté a guidé la jeune parisienne qui s’épanouit totalement dans sa vie d’adolescente. Elle ne connaît pas d’obstacle, la vie lui sourit en cette fin 1984 à l’aube du bac: une famille aimante, aisée, un réseau, des projets, un mec, les débuts de sa vie sexuelle, une visite chez le gynécologue, une pilule à prendre tous les jours…et puis l’oubli du petit cachet qui va lui rappeler qu’elle est une femme, passage violent entre deux périodes de la vie. Elle souhaite avorter. Ses parents la soutiennent malgré des loupés. Après l’opération tout redevient « presque » comme avant. Elle apprend à vivre avec son choix, son « absent ». Elle avance puis fonde sa famille avec ce pincement qui doit être propre à une femme qui a avorté.

Son témoignage est touchant; elle ne donne ni dans le tragique ni dans la légèreté que certains pourraient lui prêter en première lecture; je trouve au contraire qu’elle donne le ton juste et qu’elle en parle aujourd’hui, soit trente ans après les faits, avec le recul nécessaire, seul héritier du travail qu’elle a pu faire sur elle.

A ceux qui envisageraient de revenir sur un acquis social fondamental, un droit propre à la femme, ce livre permet de rappeler que « l’avortement de confort » n’existe pas. On ne ressort jamais indemne de ce choix.

Un livre sensible où les pages se tournent toutes seules. Un témoignage à offrir à sa fille en même temps que la première visite chez le gynéco. Un témoignage écrit par une femme pour les femmes. 

Publicités

2 réflexions sur “Dix-sept ans, Colombe SCHNECK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s