Miss Mackenzie

Miss Mackenzie, Anthony TROLLOPE, édition de novembre 2013, Le livre de poche, 507 pages, littérature anglaise.

 

En trois mots: héritage – justice – femme

Mon résumé: Miss Margaret Mackenzie n’a plus jamais était considérée comme quelqu’un d’insipide, ni aux yeux de sa famille, ni aux yeux de la société, lorsque son frère Walter a fait d’elle son unique héritière. Considérée comme une vieille fille de 35 ans, elle devient brusquement un bon parti; considérée comme ennuyeuse, elle n’a jamais été conviée chez son autre frère, Thomas Mackenzie, où elle y est désormais tolérée…Cet héritage modifie donc le comportement des autres vis à vis de Miss Mackenzie mais va également lui révéler la personne qui sommeille en elle. Car pour la première fois de sa vie, elle se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire de sa propre vie et comment utiliser cet argent de la meilleure façon qu’il soit pour elle et sa famille proche, les Tom Mackenzie. Pour commencer, elle quitte Londres afin de s’installer à Littlebath, avec une de ses nièces, Susanna, qu’elle prend en charge. Prête à s’ouvrir au monde et à la société, elle fréquente les stumfoldiens, groupe très en vogue du pasteur Stumfold, sans y trouver de vraies amitiés. Puis le bal des soupirants commence: il y a l’associé de son frère Tom, Samuel Rubb Junior, le bras droit du pasteur Stumfold, le révérend Maguire, ainsi que son cousin, John Ball, dont la famille assure qu’elle a été spoliée du fameux héritage. Miss Mackenzie n’a pas été préparée à un tel défilé de prétendants et n’a aucune amie à laquelle se confier. Elle avance seule, armée uniquement de son bon sens et de son instinct. Lorsque l’héritage est légalement remis en question, sa vie semble vaciller, d’autant plus qu’elle s’est engagée à subvenir aux besoins de la famille de feu son frère, Tom. Il lui faudra beaucoup de courage pour affronter la vénalité ambiante qui pollue sa vie.

Mon point de vue: Qu’il est bon de se glisser dans un Trollope…mais qu’il est difficile de parler de ses œuvres! Le titre résume à lui seul le sujet du livre, Miss Mackenzie: sa vie, son oeuvre sous l’ère victorienne dont l’intérêt réside dans la plume trollopienne. Les personnages sont passés aux rayons ultraviolets du romancier, et bien que leurs comportements soient prévisibles, l’analyse psychologique, le suivi du raisonnement et l’attitude des uns ou des autres donnent cette saveur si particulière aux romans de l’auteur. Ses interventions régulières créent un lien entre l’auteur, le lecteur et les personnages; Trollope agit en bon père de famille, en précisant sa manière de pensée auprès de son lecteur pour qu’aucune incompréhension ne soit possible. Il y saupoudre son humour so british et des métaphores fort bien trouvées.

Miss Mackenzie, notre héroïne, suscite toute mon admiration. N’ayant pas reçu une éducation de jeune fille de bonne famille, elle est authentique et cherche la place qu’elle pourrait occuper dans la société afin d’y apporter bienveillance et amélioration. C’est une femme altruiste, au sens de généreuse, qui veut faire le bien autour d’elle, mais se protège si son instinct le lui dit. Elle sait raisonner et se poser des questions quant au sens qu’elle veut donner à sa vie et n’hésite pas, alors qu’elle est discrète, à se faire entendre en cas de désaccord sur des questions de fond (rumeur lancée par Mrs Stumfold, échanges avec Lady Ball). Miss Mackenzie est une femme solide et juste sur qui on peut compter. Malheureusement, elle est très seule et rêve de se marier. En revanche, honnête avec elle même, elle veut un mariage non pas de convenance, mais un mariage heureux. Difficile donc de démêler les manipulations des sincérités dans ce bal des prétendants et de faire face aux pressions multiples, d’autant plus qu’une mésaventure, rendue publique dans un journal local, fera le tour de Londres et lui causera de grands soucis!

Trollope, via une histoire simple, égratigne la religion anglicane et remet en question la société anglaise et son monde des affaires avec en sous-jacent le rapport à l’argent. Malgré la corruption ambiante, il demeure un pilier fiable qu’est la loi, représentée par le notaire de Miss Mackenzie. Ecrit au XIXème siècle, il est question de nombreux sujets toujours d’actualité (pouvoir, argent, presse à scandales) et de sentiments propre aux hommes (amour, envie, jalousie…) mais je retiens surtout le rôle de liberté qu’il donne à la femme.

Ainsi, Miss Mackenzie appartient à la catégorie des classiques qu’il faut lire au moins une fois dans sa vie!

victorien-2013

Publicités

5 réflexions sur “Miss Mackenzie

  1. emjy

    J’ai découvert Anthony Trollope avec ce roman et j’en garde un très beau souvenir. L’héroïne est très attachante.
    Je découvre ton blog à l’instant, j’aime beaucoup, je pense que j’y passerai souvent 🙂

    1. Moi, j’ai découvert Trollope avec Quelle époque! Et depuis, comme avec Dickens, j’adore; ces deux auteurs sont mes chouchous! Tu es la bienvenue ici et j’espère que tu aimeras ce que tu trouveras, à très vite!

    1. Moi c’était quel époque! Notre 1iere LC 🙂 que tu organisais! J’ai « œil pour œil » emprunté à la bibli mais on pourra se prévoir une LC pour le ‘Dr Thorne’ si on est synchro!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s