Au temps du roi Edouard


au tps du roi edouardAu temps du roi Edouard, Vita SACKVILLE-WEST
, Livre de Poche, Biblio, octobre 2012, 253 pages, littérature anglaise.

Résumé en trois mots: ARISTOCRATIE- LIBERTE – MOEURS

Résumé : Bienvenue à Chevron, splendide domaine, qui accueille les gens de la haute pour des week-ends tous plus élégants les uns que les autres. Entre Chevron et Londres, c’est le microcosme aristocratique anglais que l’on croise. Caprices, dépenses futiles et autres amourettes entre Ladies et gentleman, sous entendu entre Lady Roehampton (Sylvia de son prénom) et le beau Sébastien sont au rendez-vous. Entre le premier week-end où nous découvrons Chevron et la fin de l’histoire s’écoulent six années où l’on sent que la société évolue, tout comme les mœurs. Les règles de la bienséance volent en éclat et les choses ne sont plus comme avant. L’instigateur de ces profondes mutations est finalement très peu présent au sein de l’histoire; en revanche les idées modernes de Léonard Anquetil se propagent progressivement chez Viola et son frère Sébastien. Chacun d’entre eux vivra des expériences très fortes. Tandis que Viola cherche la liberté, Sébastien jouera avec les femmes conformément aux attentes conférées par son rang de Duc. Jeux de séduction rimeront en revanche avec souffrance. Mais ce dernier sera généreux avec ses domestiques, contrairement à sa mère, Lucie, pour qui il ne sont que des petites gens insignifiants et sales, tel que l’arbre de noël le révèle. Ainsi, nous croisons dans la vie de Sébastien de nombreuses personnes vertueuses ou non qui sont des humains où les sentiments, parfois camouflés sous des sourires superficiels sont dépeints d’une manière saisissante.

  •  Mes impressions: La plume de Vita est d’une précision exquise et l’aristocratie anglaise, animée de fastes personnages qui brillent dans les hautes sphères, y est critiquée avec l’art de ces auteurs anglais qu’on chérit tant. Le ton est juste et l’auteur fait preuve d’une grande sagesse dans les messages distillés tout au long de son écrit. Jamais moralisatrice, Vita Sackville-West amène bon sens et prise de hauteur alors que cette société se noie dans un verre d’eau de futilités. En effet sous les belles robes, les babillages creux, et les domaines propices aux week-end ou à la saison londonienne, la critique se veut grinçante. Enfermée dans les carcans de l’ère victoria, qui se poursuit avec son fils, Edouard, il est de bon ton de se plier pour la jeune aristocratie, au début du XX° siècle, aux bonnes mœurs de leurs ascendants. Il faut toujours être en digne représentation de son rang social et conserver cette attitude suffisante appuyée d’une superficialité détestable et sauver l’honneur au détriment de son bien être. C’est ce que subira Sylvia suite à la découverte de son adultère par son mari. Pourtant, la jeunesse, symbolisée par Viola et Sébastien, commence à se rebeller. Elle aspire à une véritable indépendance puisque elle a conscience de vivre dans une prison dorée. C’est par exemple le besoin d’émancipation et le côté « socialiste » de Viola. La société dont il est question ici ne se résume pas à l’aristocratie. Il y a la bourgeoisie avec Thérèse, les domestiques de Chevron comme Vigeon et le peuple qui a faim représenté par Phil. Le lent processus d’un mutation sociale est amorcée, mais le chemin semble encore long.

Bref, il y aurait beaucoup de choses encore à évoquer – comme la peur de vieillir, d’être bannie de chez soi par sa brue…- car les sentiments humains, selon les codes sociaux, demeurent universels; seules les préoccupations varient. Vita Sackeville West le décrit à merveille, à vous de le découvrir!

Participation au mois anglais et ma PAL fond au soleil (un an et demi que ce livre habite ma bibliothèque)

0614 mois anglais

challenge-été 2014 pal métaphore

2/20

Publicités

7 réflexions sur “Au temps du roi Edouard

    1. Je l’ai lu de manière saccadée pendant plus d’un mois et demi…mais à chaque fois, j’ai trouvé qu’il y avait une nouvelle péripétie, toujours un grain de sel qui te donne envie de tourner les pages! J’ai trouvé ce livre très réussi!

  1. Ping : Billet récapitulatif du mois anglais 2014 | Plaisirs à cultiver

    1. J’ai vraiment adoré! Honte à moi, c’est le premier que je lis d’elle…J’ai donc l’envie de poursuivre ma découverte, je vais piocher chez toi pour en trouver un autre! Cependant, je n’ai pas envie en ce moment de nouvelles, comme Infidélités, qui a l’air très bien.

  2. Ping : Juin, juillet, août 2014… | Les livres de Camille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s