Last days of summer, film

last days of summer films

Sortie le 30 avril 2014, réalisé par Jason Reitman, Drame et romance, Etats-Unis. Environ 2h. Vu en VOST.

L’histoire: Alors que Franck est en cavale, il trouve refuge chez Adèle et son fils, Henri. Sorte de prise d’otage au départ, ils découvrent tous les trois ce que signifie être une famille pendant ces 4 jours du Labor Day de septembre 1987…

Mon avis: Ayant suivi Adalana dans sa LC de Long week-end de Joyce Maynard, chroniqué ici, je suis enchantée d’avoir été voir le film tiré du livre. Même si le scénario a nécessité quelques adaptations, je suis agréablement surprise par le respect du texte. Je n’en attendais pas moins d’un film où Kate Winslet est l’actrice principale de toute façon! L’atmosphère intimiste qui se dégage du livre est d’un rendu frissonnant sur grand écran. Tout y est; le décor est fidèle à ce que j’ai imaginé au cours de ma lecture: la ville, la maison d’Adèle et d’Henri, le voisin qui amène les pêches, le petit Barry, le père d’Henri et sa nouvelle famille, sont incroyablement bien retranscrit. Le jeu du trinôme est excellent et ma préférence va vers Kate Winslet qui se révèle une fois de plus brillante. Elle s’est glissée magistralement dans le rôle d’Adèle pour en faire ressortir toute la sensibilité -sensualité- de cette femme qui s’illumine au contact du beau brun ténébreux. Le passé des deux protagonistes est amené habilement par des flash-backs qui permettent de les apprécier, de mieux comprendre leurs réactions et de les rendre attachants. Les non-dits, les paroles sans superflus, les regards échangés, le développement des sens, soutenus par une très jolie bande son et un délicat jeu de caméra, m’ont donné les larmes aux yeux tant l’émotion est palpable…

labor day

L’histoire est contée par Henri que l’on retrouve à la fin en tant qu’homme épanoui personnellement et professionnellement. Le projecteur n’a pas été mis sur la période de l’adolescence tout comme le fin mot de l’histoire par rapport au dénouement du week-end, éléments que j’ai appréciés dans le livre; néanmoins cela est gommé par la qualité du reste et l’on pardonne au réalisateur cette petite incartade.

En conclusion, film et livre se complètent subtilement; si vous avez aimé le livre, je ne saurais trop vous conseiller de voir le film et si vous avez aimé le film dîtes-vous que le livre vous réserve une analyse plus fouillée du regard d’Henri et des détails qui incrémenteront les petites choses que vous n’avez pas vues.

                                                       Challenge Américain chez Noctenbule

moisamericain

Publicités

5 réflexions sur “Last days of summer, film

  1. Ping : Les lectures du mois de Juin | 22h05 rue des Dames

  2. Ping : Bilan de la première année | 22h05 rue des Dames

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s