Les Deux Maîtresses

les 2 maitressesLes Deux Maîtresses, d’Alfred de Musset, GF Flammarion, édition avec dossier, avril 2010, 161 pages, littérature française.

Résumé raccourci: Les Deux Maîtresses traite, sous forme d’une délicieuse nouvelle, de l’amour et des complexités engendré par le sentiment amoureux.

Quatrième de couverture: « Croyez-vous Madame, qu’il soit possible d’être amoureux de deux personnes à la fois?  » A cette interrogation qui ouvre Les Deux Maîtresses, Valentin répond par l’affirmative. Jeune dandy tendre et inconstant, il aime éperdument deux femmes qui se ressemblent, mais qu’un infranchissable fossé sépare; l’une est riche, l’autre pauvre; l’une est la marquise de Parnes, aristocrate en vue dans le grand monde; l’autre une modeste veuve, Madame Delaunay…Parue en 1837, Les Deux Maîtresses, sans doute la plus charmante nouvelle de Musset, allie avec bonheur un badinage brillant et une veine plus sombre et plus désabusée. Car cette balade romantique dans le Paris élégant des années 1830 est aussi l’occasion, pour Musset, de poser la question essentielle du choix et de l’engagement, et d’examiner, avec la lucidité d’un moraliste, la mécanique complexe du cœur et des sentiments.

  •  Mes impressions: Qu’il est bon de lire un livre de qualité aussi court soit-il! 

L’histoire de Valentin est confiée par le narrateur à une oreille attentive qu’est celle d’une amie, et qu’il interpelle au cours de sa narration afin d’accentuer l’intimité de l’échange.  On lit la scène autant qu’on la visualise. 

Valentin, protagoniste de notre histoire, est un beau jeune homme épicurien du XIX° siècle qui vit à Paris, sous la Restauration. Il se plaît à fréquenter les endroits à la mode où il est toujours bien vu de se montrer comme par exemple à la Chaussé d’Antin. Panier percé mais issu d’un milieu modeste, il a suivi des études de droit, et compte sur son physique et son parler pour séduire la bourgeoisie incarnée par madame de Parnes alors qu’il est dans la nécessité de travailler pour vivre comme madame Delaunay. Il va donc être tiraillé entre ces deux femmes; choisir l’une ou l’autre implique pour lui de choisir la vie qu’il souhaite, à choisir la bourgeoisie ou le prolétariat. En matière littéraire cette « schizophrénie sentimentale » n’est guère originale. En revanche, Musset signe là une analyse plus profonde sur le sentiment amoureux, pétri de l’influence des romans libertins symbolisé par le pavillon de Parnes ou le jeu des « gestes et paroles qui érotisent les rapports entre les sexes » (page 20-21, préface). Ainsi, le texte s’imbrique dans une multitude de degrés. D’une part on distingue l’aspect matériel illustré par les soucis d’argent, propre au quotidien, où s’oppose besoin primaire et secondaire; je pense ici au coussin façonné par Mme Delaunay puis acheté par Mme de Parnes qu’elle offre à Valentin.  D’autre part, on a l’aspect sentimental avec les tourments de l’amour, le jeu de la séduction, le désir…

« Devenir amoureux n’est pas le difficile, c’est de savoir dire qu’on l’est » (page 57)

Ces deux éléments s’entremêlent inextricablement sur le ton de l’incertitude qu’elle soit amoureuse ou matérielle. D’un côté on a l’histoire en tant que conte et de l’autre on a une réflexion intellectuelle. Rappelez-vous, le  narrateur se confie à une amie, qui est indirectement le lecteur, « il était une fois un beau jeune homme… » mais il en profite pour retranscrire les mœurs de son temps sur un air parfois satirique. En outre, l’antinomie ancien monde aristocratique et monde nouveau demeure en fond des pérégrinations amoureuses du beau Valentin.

Mais qui donc Valentin choisira-t-il, si choix il y a?

Les Deux Maîtresses est un court roman à la réflexion poussée qui donne à explorer ce beau sentiment qu’est l’amour du point de vue de l’auteur. On retrouve d’ailleurs la connotation mussétienne dans Camille-On ne badine pas avec l’amour- « Je veux aimer mais je ne veux pas souffrir »

Nouvelle participation au challenge XIX° siècle chez Fanny

challenge-xixe-s

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s