Le ciel au dessus du Louvre

Le ciel au dessus du Louvre, de Bernar Yslaire et Jean-Claude Carrière, Co-édition Futuropolis & Musée du Louvre, 66 pages hors annexes, BD.

ciel au dessus du louvreAmatrice de BD à mes heures, je n’ai pu résister à cette BD co-éditée par mon musée favori qui traite du Louvre, et de peintures au moment de la Terreur, période de la Révolution Française (1793-1794). Je vais me livrer à un exercice que je ne maîtrise pas, à savoir raconter une BD et donner mes impressions sur son histoire et ses illustrations, qui de prime abord ne me paraît pas aussi simple que pour un roman! 

Résumé de l’histoire: L’histoire pose comme dynamique, comme fil directeur, la place de l’art dans la Révolution française, en cette période de Terreur. En tant que grand peintre de la Révolution, Jacques Louis David va être le personnage principal que nous allons suivre.

cie au dessus du louvre robespierre et David                                            De gauche à droite: Robespierre et David

Le citoyen Maximilien de Robespierre lui commande simultanément deux oeuvres, pour deux fêtes bien distinctes: l’une doit représenter le jeune Bara, martyr de la République, l’autre l’Etre suprême, idée quelque peu obscure de Robespierre qu’il a bien du mal à verbaliser auprès de ses concitoyens. Il a pour ambition de créer une sorte d’effigie de la République, qui serait l’emblème des Républicains, afin de créer un culte civique. L’atelier de travail de David se situe au Louvre, qui devient un musée pour le peuple et est inauguré début août 1793, le 15 fructidor an I.

ciel au dessus du louvre bonnet frigien

ciel au dessus du louvre tabl          

Arrivée de Jules Stern, personnage fictif, au Louvre vue extérieure, et vue intérieure du Musée.

Artistiquement parlant, Les sculptures antiques sont remises au goût du jour et les peintures de la Renaissance, symbolisant l’Ancien régime sont mises aux oubliettes. La beauté du corps masculin est donc redevenue source d’inspiration et David, pour réaliser ses commandes, va chercher l’inspiration auprès de modèles vivants; c’est là qu’intervient un jeune homme androgyne du nom de Jules Stern, seul personnage fictif de cette BD, qui va fasciner le peintre.

ciel au dessus du louvree pose de jules stern

Il pourrait être plus juste de parler, non pas de fascination, mais d’obsession car lorsque Jules Stern sera jugé « ennemi de la République » et guillotiné, le peintre ira à la fausse commune soudoyer le fossoyeur pour récupérer le corps et la tête de son modèle, qu’il va rafistoler de manière à lui faire reprendre la pose, comme ci-dessus: allongé, le sexe caché de manière à conserver ce côté androgyne, la tête élevée et le regard tourné vers le ciel…

Il n’arrive pas à représenter l’Etre suprême de Robespierre, la conceptualisation et la réalisation de ce projet  ne prennent pas forme dans l’esprit de l’artiste; néanmoins, il ne cesse d’y réfléchir et d’œuvrer pour aboutir ne serait-ce qu’à une esquisse.

Puis Danton et Robespierre seront guillotinés; David échappera de peu au même sort mais sera emprisonné, avant d’être de nouveau libre; sa rencontre avec Napoléon Bonaparte, lui permettra de créer finalement ce qui pourrait bien être l’Etre suprême, avec ce regard qui transperce tout, qui est au-dessus du ciel…

 

Mes impressions: Il est intéressant et original d’aborder le thème de la Révolution Française du point de vue de l’art: on oublie bien souvent qu’à une époque de trouble comme celle-là, les artistes ont eu un rôle important. Je n’avais pas fait le rapprochement que Boucher et Fragonard, que nous croisons dans la BD, ont vécu à cette période. Là où j’ai été en difficulté c’est sur le côté historique des événements, ne pas savoir si ce qu’on me disait était un véritable fait historique ou un fait fictif m’a quelque peu énervée; alors j’ai fait mes petites recherches, et ai pu aborder la BD plus sereinement! J’ai commencé à chercher des informations sur le peintre David, dont les tableaux du Serment du jeu de Paume (2), Marat assassiné (3) et le sacre de Napoléon (1), que nous connaissons tous, sont de sa main.

ben1_david_001iempereur vers9_david_001v paume vers10_david_002v marat

Hormis le personnage de Jules Stern qui est fictif, tout comme le fait que David soit allé récupérer un corps guillotiné avant de coudre la tête et le corps afin d’unir son modèle -disons que je n’ai rien lu sur des sites officiels permettant de prouver cette thèse-, tout est juste historiquement parlant. La création de Jules Stern permet de justifier de la recherche de l’Etre suprême…objet de la BD.  

Néanmoins, j’ai un bémol quant à un anachronisme qui m’a quelque peu gênée: lorsque David redonne vit au corps de Stern, une phrase compare sa reconstitution à Frankenstein « Il y a là quelque chose du laboratoire de Frankenstein » (page 58). Or, alors que la BD traite de la période 1793-1794, comment peut-on comparer ce corps réunifié qui ne tient qu’à l’aide de chaîne, corde et couture, à Frankenstein né de l’imagination de Marie Shelley en 1818? Certains diront que je cherche la petite bête, peut-être…mais c’est agaçant une fois que l’on connaît l’axe du temps, non?

 Côté illustration, les dessins sont plutôt harmonieux; j’ai été très sensible au jeu des couleurs: tout est sombre -du gris au noir- ce qui colle à cette période; seul, le rouge des bonnets des révolutionnaires et l’orange d’une orange dénote dans cette atmosphère pesante, rouge comme le sang qui coule…De plus, les tableaux qui apparaissent au cours de l’histoire sont aussi peint en couleur; cela attire l’oeil et je me suis amusée à les reconnaître; en annexe, la référence des tableaux est donnée: le nom du peintre et du tableau ainsi que les endroits où ils sont situés au Louvre: une excellente idée de la part des concepteurs!

Bref, une BD sympathique qui lie art et Histoire au sujet de la quête de l’Etre suprême.

De mes recherches, j’ai trouvé une analyse extrêmement poussée et très intéressante, qui m’a permis de mieux comprendre la BD, si vous voulez en savoir plus: Article d’analyse proposé par l’Institut d’Histoire de la Révolution Française, La Sorbonne.

Publicités

2 réflexions sur “Le ciel au dessus du Louvre

  1. Ping : bilan juin 2013 | Les livres de Camille

  2. Ping : Tu montreras ma tête au peuple | Les livres de Camille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s