Initiation à l’histoire de l’art, cycle 2 au Louvre – G. Vigarello n°2/5

Initiez-vous à l’histoire des arts au Louvre 

Georges Vigarello, Le corps et le mouvement dans les arts visuels (XV*-XX* siècle)

5 cours d’une heure pour un public non spécialiste.
Lundi 25 mars, Jeudi 4, 11 & 18 avril, Lundi 22 avril, à 19h à l’auditorium du Louvre

Pour la présentation, le programme du Louvre et en savoir plus sur G. Vigarello, je vous invite à cliquer ici

Jeudi 4 avril 2013

Regard de l’anatomiste: sciences, techniques, et représentations
Invité de Georges Vigarello: Rafael Mandressi, historien de la médecine et des savoirs sur le corps, à l’époque moderne, chercheur au CNRS.
                                                                                                                                                   Présentation de la séance, document du Louvre distribué à l’entrée (page 5)
 » Au-delà de l’élaboration spatiale, la restitution du mouvement suppose une étude de sa structure, de sa composition, de l’ajustement de ses parties, que les dissections plus fréquentes avec la fin du Moyen-Age sont censées rendre visibles. Le travail des anatomistes permet de scruter au plus près les conditions fonctionnelles des gestes, le rôle des articulations, le galbe des muscles, le spectre possible et la vérité repérable des positions. Une conception large du mouvement à partir de la Renaissance inclut la manière dont le mouvement lui-même est pensé selon l’ensemble des références physiques, comme un principe global de forces par exemple, et participe à une vision cosmique de l’univers »  
                                                                                                                                                    Préambule:
Cette séance a été déroutante car comme nous sommes dans une initiation à l’histoire de l’art on s’attend à avoir des clés de compréhension pour mieux déchiffrer, apprécier les peintures. Sauf que nous étudions le mouvement  et qu’il faut sortir de ce cadre artistique et se placer du point de vue de l’anatomiste avant de retourner à l’oeil de l’artiste peintre. C’est comme l’apprentissage de l’alphabet et des syllabes qui permet la lecture, vous me suivez?
                                                                                                                                                                 Plan:
I. Anatomie & mouvement  par Rafael Mandressi
II. Les théories du mouvement
III. L’obstacle du regard: évaluer le mouvement malgré la résistance du regard par rapport au mouvement. 
IV. Outils de la modernité: les savoirs qui peuvent inspirer le peintre: eu égard au savoir technique, le peintre reste créatif; la création est au coeur de son projet.
                                                                                                                                                            I. Anatomie et mouvement  par Rafael Mandressi
                                                                                                                                                          A. Artistes et anatomistes
                                                                                                                                                L’histoire de l’anatomie se situe principalement entre la fin du Moyen-Age et les Lumières.
Il convient de considérer l’anatomie comme un savoir en tant que construction basée sur la dissection du corps humain: les prémices de l’anatomie se situent entre le XII° et XIV° siècle avec un essor au XVI° siècle => globalement nous nous situerons au XVI° siècle pour cette étude.
masaccio trinita
La Trinité ou Trinita de Masaccio à Santa Maria Novella, Florence, Italie (1428)
L’intérêt réside dans la production artistique qui tire leçons des travaux déjà conduits sur l’anatomie mais il y a clairement un manque de précision dans cette peinture concernant notre sujet.
Effectivement, il faut appréhender le lien existant entre artistes et anatomistes: les premiers sont les illustrateurs des livres au service des seconds, qui disposent du savoir.
pollaiuolo 1475, les gladiateurs, combat d'hommes nus
<= petit clin d’oeil au Louvre pour sa présentation de cette  conférence de G. Vigarello, extrait des Gladiateurs, combat d’hommes nus, gravure d’Antonio Pollaiulolo (vers 1475)
Agrandissement ci-dessous :
33-01-04/42
Il est difficile de parler anatomie sans évoquer le génie de mon cher Léonard et de ses dessins anatomiques, travaux très connus, mais dont je ne me lasse pas:
léo dessins anatomiq 1
Cependant, les travaux de Léonard n’ont eu aucune influence sur l’histoire de l’anatomie jusqu’au XIX° siècle pour la simple et bonne raison qu’ils n’ont pas été rendus public avant ce siècle.
Dans l’étude qui nous intéresse, il faut les prendre pour eux-même, mais en aucun cas pour le savoir anatomique. On note donc les préoccupations de Léonard pour cerner la structure anatomique du corps; l’intérêt ne porte pas sur l’aspect mécanique mais celui des tensions musculaires…Cette vision amorce une forme de dynamique, tient compte de appuis: par exemple, voyez comme la jambe gauche est en retrait par rapport à la jambe droite plus en avant ou regardez le mouvement de balancier des bras.
                                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                           
                                                                                                                                                                   Ci-dessous: Jacopo Berengario da Carpi, Bologne (1522)
Il s’agit du premier livre d’anatomie spécialement illustré d’images composées pour cet ouvrage. Les illustrations montrent le regard de l’époque qui a inspiré l’artiste dans sa création: l’homme est écorché. C’est donc l’appel à la culture visuelle qui permet de restituer  la vie, le mouvement dans l’image.
jacopo berengario da carpi jacopo berengario da carpi 2
                                                                                                                                                           
                                                                                                                                                                                  C’est ainsi que va se développer l’histoire de l’anatomie notamment via « Le grand traité d’anatomie » d’André Vésale (1543). Mais, la même démarche que ci-dessus sera observée: le mouvement est issu du regard et non du scalpel:
vesale vesale 2
Les illustrations ont été réalisées par l’atelier du Titien.
                                                                                                                                                    Nous pouvons faire un parallèle des travaux de Vésale avec Charles Estienne, Docteur régent de la Faculté de médecine de Paris aux alentours de 1545, pour son ouvrage « de dissectione » :
charles estienne 3
charles estienne charles estienne 2
                                                                           
                                                                                                                                                                         
A partir de 1627 on constate des changements culturels et visuels tant du point de vue esthétique que anatomique:
giulio
                                                                                                       <= illustration de Giulio Casserio Tabulae: en observant la torsion et le rendu des muscles on se rend compte qu’ils ne sont pas totalement satisfaisants; en effet il n’y a qu’une partie dynamique de cette image qui est restituée. Le drapé présente une anatomie animée qui devient intéressante par la finesse de son côté esthétique.
                                                                                                                                                          En parallèle, on peut noter la transformation de la sculpture antique en image d’anatomie, comme cela a été source d’inspiration chez Vésale ou Tiziano Vecellio.
Ainsi, il y a circulation entre artistes et anatomistes comme le prouve le lien existant entre le Jugement dernier de Michel Ange et les travaux de Juan Valverde de Amusco dans « historia de la composicion del cuerpo humano »:
Le jugement dernier =>
jgt dernier michel ange juan valvere de amusco
<= Historia de la composicion del curpo humano
Le lien est l’espèce de « peau d’homme » qui a été écorchée qui constitue un motif récurrent dans les livres d’anatomie en donnant une virtualité au mouvement.
                                                                                                                                                           B. Anatomie animée? animation du corps?!
On entend par anatomie animée le paradoxe qui existe entre d’une part le travail de l’artiste qui reproduit une figure humaine = homme vivant et d’autre part, le travail de l’anatomiste qui étudie les cadavres = hommes morts: l’image (celle de l’artiste, homme vivant animé) diffère de l’objet (celui de l’anatomiste, homme mort inanimé).
Les sciences de la vie se sont construites sur les objets morts et non les représentations artistiques. Le premier traité d’anatomie artistique fût publié en 1634, c’est à dire bien après ceux portant sur le médical.
Ci-dessous, extrait du livre de Jacob Van der Gracht, anatomiste du XVII° siècle, école de La   Haye:

jaob van der gracht homme poulie                                                                                                                    
                                                                                                                                                                                 
L’homme du haut, accroché par une corde à la poulie a une position physique qui rappelle celle d’un corps vivant animé.
Du côté de la peinture, le corps est aussi animé donc pourvu de la potentialité du mouvement alors que le corps de celui qui est peint n’est plus qu’un cadavre, c’est par exemple St Jérôme (à gauche) ou St Sébastien (à droite) de El Greco:
el greco st jerome el greco st seb
Par conséquent, le modèle de l’homme mort est une intrusion dans le domaine des arts visuels, il est un obstacle difficile à surmonter…
                                                                                                                                                                                                                                                                         
                                                                                                                     
                                                                                                                                                                            C. Perspectives et géométrisation: travail autour de la perspective linéaire et de ses enjeux par rapport aux mouvements du corps.
                                                                                                                                                                Albrecht Durer, peintre et mathématicien va notamment contribuer à développer le couple proportion- perspective. On avance vers une cassure entre l’image de l’objet et l’objet vu différemment selon l’angle de vue. L’objet s’appréhende à travers la perspective. Il va donc changer de forme en fonction de celui qui se déplace, mais le rapport métrique reste stable: cela signifie que que le rapport entre l’objet et l’environnement demeure stable.
Avec la perspective, on a une stabilisation de l’image donc une profondeur possible. Ceci est possible grâce à la géométrie qui permet de positionner le corps dans l’espace, ainsi une quantification est possible.
jean cousin 1595
                                                                                                              <= Jean Cousin,  peintre et géomètre,  Livre de pourtraiture de maistre, (1595). 
Malgré cela, les modalités de restitution du mouvement buttent contre un obstacle…
                                                                                                                                                          Il. Les théories du mouvement
Elles se scindent en 3 visions:
1- vision cosmogonique
2- vision pré-mécanique
3- vision mécanique
                                                                                                                                                           1- vision cosmogonique
                                                                                                                                                      Tout d’abord, le mouvement en tant que levier est une notion qui apparaît au XVII° siècle.
Cette notion n’existe pas au XVI° siècle où le mouvement est un mouvement parfait comme les grands cercles du siècle.
Pour illustrer ce propos, je vous propose ces deux exemples où vous aurez reconnu à gauche   « L’école d’Athènes » de Raphael et à droite « La Sainte Anne » de Léonard -source de cette dernière image: textessurlesartsplastiques2.wordpress.com/2012/09/11/galerie-de-peintures-renaissance-perspective-et-geometrie-plane/
école d athene raphael
fdf-vinci-ste-anne-la-vierge-et-jc3a9susgc3a9o
C’est le rapport du micro cosmos et du grand cosmos où le mouvement vrai se symbolise par celui des astres.
                                                                        2- vision pré-mécanique
Ici, malheureusement, je n’ai pas réussi à trouver des illustrations pour appuyer cette vision pré-mécanique.
La vision pré-mécanique est de loin une vision dynamique; elle se rapproche davantage de la vision cosmique, mais il y a du progrès!
Via une publication du XVII° siècle de Poussin quant à un dessin de Léonard où on voit une personne qui tire contre une personne qui la pousse, on s’aperçoit que les pieds sont placés de façons différentes. Le mouvement des forces est amorcé, mais attention, on n’est pas encore dans un problème de calcul de force!
3- vision mécanique
Dans la vision mécanique, la force est un appui, une sorte de levier où le centre de gravité se positionne par rapport à celui du corps.
Avec le centre de gravité, les appuis…la peinture dispose d’outil pour répondre aux questions suivantes: en quoi  y-a-t-il des forces? Comment les forces s’appliquent-elles sur les leviers? Comment le peintre va-t-il percevoir, transmettre cela?
                                                                                                                                                                     III. L’obstacle du regard
En effet, le regard est synonyme d’obstacle. Pour mieux comprendre pourquoi, essayez de visualiser de manière totalement décomposée la position des pattes d’un cheval au galop. C’est extrêmement difficile, d’où cette difficulté majeure induite par l’oeil. Mais alors, comment surmonter cet obstacle?
Les forces « vues »
durer hercule et les oiseaux
Ci-contre, Hercule et les oiseaux de Durer: la position des pieds et le corps avancé font qu’Hercule trouve un équilibre et donne ce sentiment de force vue.
pousin bacchanale
                                                          Ci-dessus, Bacchanale devant la statue de pan, Poussin (1630)
Le mouvement est donné par les positions du corps, observez le personnage du milieu avec le pagne jaune avec le déséquilibre de son corps qui induit le mouvement.
john watson et le requin
<= John Watson et le requin, tableau du XVIII° s.
Le mouvement du tableau est transmis par le jeune homme sur le bateau qui harponne le requin; le pied est en appui pour donner toute la puissance aux bras levés tenant l’arme. L’homme ordinaire devient un héro!
 
                                                                                                                                      L’impuissance  à dire malgré l’existence de la dynamique
En effet, il arrive que le mouvement soit difficile à décrire: c’est le rapport entre le mouvement et le mot.
thevenot art de nager 1 thevenot art de nager 2 thevenot art de nager 3
Thévenot et l’art de nager, fin des années 1600.
Il a essayé de répondre à la question: que faut-il faire pour plonger sous l’eau à partir de la surface? (image 1, à gauche) Or, il ne se prononce pas avec des mots, mais avec une image.
                                                                                                                                                                                                                                                                       Impuissance à voir
Grâce aux photos on peut séquencer le mouvement: tous les x cm  on place un appareil photo qui se déclenche au passage du sujet observé, ici
un cheval au galop:
décompo du galop du cheval
                                                                                      Il convient ici, de par cette séquence, de s’attarder sur la position des 4 pattes de l’animal, qui ne sont jamais au même endroit, ni dans la même position en raison du mouvement du galop.
                                                                                                                                                                                                                                                                                   
                                                                                                                                                       Chez Titien, dans sa représentation de Charles Quint à la bataille de Mühlberg (1548), il est intéressant de regarder l’inclinaison de la tête du cheval et la position de ses pattes.
Titien charles quint 1538
Dans St Georges combattant le dragon de Carpaccio, (début XVI°s), on note en premier lieu le principe de force de la lance. En ce qui concerne le cheval, les pattes avant et arrière sont ensembles, mais révèlent cette impossibilité de voir; en effet que fait le cheval? S’apprête-t-il à sauter? Non. Se cabre-t-il? Non plus. Bref, il y a un problème sur le mouvement du cheval.
carpaccio
Il a été aussi pris comme sujet d’étude: la course de l’homme, où les mêmes photos que celles des chevaux ont été prises.
atalante

Atalante et Hippomène de Guino Reni alias Le Guide. Pour la petite hisoire, Atalante et Hippomène font la course; en effet, Atalante a défié ses prétendants à ce sport: celui qui gagnera la compétition, gagnera la main de la demoiselle. Les perdants seront condamnés à mort. Vénus donne à Hippomène trois pommes d’or, que le jeune homme lâche chaque fois qu’Atalante l’approche. Atalante en les ramassant permet à Hippomène de reprendre l’avantage. Ce qui nos préoccupe ici, c’est donc la » course ». Pourtant, il y a du mouvement et de l’esthétique mais nous n’avons pas réellement le sentiment du mouvement de course.

titien hercule

 

Bacchus et Ariane, Titien. Bacchus saute de son char pour sauver Ariane. Est-ce un vrai saut? Pas vraiment…c’est l’esthétisme qui traduit le non mouvement, on se rend compte à travers cet exemple qu’il est difficile de restituer le mouvement.
L’oeil est un obstacle. Le mouvement engendre des formes qu’on ne peut arrêter car extrêmement rapide.
grimmer
Chez Abel Grimmer, les patins à glace représentent le mouvement, pourtant le rendu du mouvement n’est pas saisissant…                                                                
Invention des caricatures
L’avantage des caricatures quant au mouvement est l’exagération.
IV. Outils de la modernité
Les peintres ont trouvé des outils pour « maîtriser » le mouvement via des appareillages tels que les appareils photos ou les fusils avec barillet où l’image tourne très vite.
Cela a permis d’avoir un nouveau regard.
saut à la perche saut perche 2
Saut à la perche séquencé au XIX° s.
On note la différenciation des mouvements, par exemple, à la fin du saut, le corps s’affaisse puis se plie. Ce qui nous permet de séparer ces attitudes, c’est le temps.
Le peintre dispose ainsi d’outils, d’aides, pour créer. Il va utiliser cette donnée mais va s’en affranchir également:
carlo carra
C’est le cas avec Carlo Carra et le galop de son cheval rouge (1912) où les mouvements des pattes sont tous représentés.
Le peintre a donc une autorisation de liberté, tout bouge, tout se transforme, les objets en mouvement se déforme, donc ici, le cheval qui court n’a pas 4 pattes mais 20.
 
Conclusion:
Les savoirs vont de l’anatomie à la mécanique. Cependant, le regard est un obstacle qui relève du naturel. Les appareillages ont bien évidemment changé le regard.
Mais l’art demeure une invention!
Mes impressions:
Cette séance a été très intéressante, mais aussi très sport: je me suis accrochée pour tout écouter et comprendre; et si vous avez eu le courage de tout lire vous aurez vu à quel point le sujet est particulier et pointilleux. Je n’ai aucune notion d’anatomie -trop éprouvant pour ma sensibilité- et ne mettais encore moins interrogée quant à la restitution du mouvement à travers les arts, chose qui est loin d’être simple.
PS: la mise en page de WP est une horreur, j’abandonne donc pour ce soir et diffuse en l’état  ma synthèse… 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s