Initiation à l’histoire de l’art, cycle 2 au Louvre – G. Vigarello

Initiez-vous à l’histoire des arts au Louvre 

Georges Vigarello, Le corps et le mouvement dans les arts visuels (XV*-XX* siècle)

5 cours d’une heure pour un public non spécialiste.
Lundi 25 mars, Jeudi 4, 11 & 18 avril, Lundi 22 avril, à 19h à l’auditorium du Louvre

Présentation: http://www.louvre.fr/cycles/initiation-l-histoire-des-artsgeorges-vigarello-le-corps-et-le-mouvementxve-xxe/presentation#tabs

Programme : http://www.louvre.fr/cycles/initiation-l-histoire-des-artsgeorges-vigarello-le-corps-et-le-mouvementxve-xxe/au-programme#tabs

Biographie et bibliographie de G. Vigarello (pour en savoir plus sur l’homme, à titre informatif): France Inter, France culture (podcasts), édition du Seuil

Lundi 25 mars 2013
 Le geste magnifié à la Renaissance 
Commençons par une introduction générale de ce nouveau cycle de conférence…
Pourquoi étudier le mouvement du corps? Quel intérêt? 
Même si le sujet est peu étudié en histoire de l’art qui porte traditionnellement vers l’expression, les mythes…l’intérêt de cette étude « mouvement du corps » se justifie au moins par trois raisons:
1- Le défi: au-delà du corps stricto sensu, le mouvement est un défi pour le peintre qui veut restituer de la dynamique à partir de données statiques.
2- L’histoire: afin de résoudre ce défi la peinture va évoluer et devenir plus réaliste dans une question de reproduction du réel, de l’esthétique.
3- La restitution des moeurs, d’une époque: quand le geste est-il devenu méticuleux? En tout cas, pas au Moyen-Age… Traduire l’histoire du mouvement à travers les arts visuels (conférence n°3) c’est restituer les moeurs!
…et entrons désormais dans le vif du sujet en essayant de répondre à la question suivante:
Comment met-on en scène le mouvement?
Pour bien voir une telle mise en scène il convient de prendre la Renaissance pour période charnière; allons voir ce qui se passe avant puis après afin de voir les changements.
I. Moyen-Age
II. XV*
III. L’univers moderne XVI* et XVII*
I. Moyen-Age
A. Présence du mouvement
Il est difficile de retrouver toutes les images vues lors de cette conférence, aussi je me permets d’en mettre d’autres (sources google), le principal étant pour moi de vous rendre compte de ce que j’ai compris et vu.
psautier st gall
                                                                            ici extrait du psautier (recueil de psaumes) de l’abbaye de Saint-Gall, en Suisse.
Observez l’attitude, la pose des guerriers: le mouvement est frontal, il n’y a pas de profondeur.
<= le bras ici se lève en guise de violence mais il n’y a pas de dessin d’anatomie.
                                                                                                                                                                     
B. Dispositif frontal
Geoles du Grand Chatelet au 14e siecle a Paris
Regardez la manière dont le chariot pénètre dans le château: on est dans le sens du tableau, il n’y a pas là non une quelconque profondeur. L’arrière train du premier cheval est sur le même plan que la tour.
L’absence de profondeur est caractéristique du Moyen-Age.
                                                                                                                                                                                                                         
                                                                                                                                                                                 C. Contraintes physiques
archers bisici, attardez-vous sur la position des archers: l’auteur veut tout représenter et donc on a le bras qui tire le fil avec l’arc, il y a obligation de tout représenter même le fil tendu!  c’est une manière particulière de représenter la mobilité. Les jambes  sont aussi présentées en vue frontale.
                                                                                                                                                             Il faut du temps pour comprendre les gestes, pour faire apparaître la profondeur.
w agricole MA
Du point de vue des moeurs, le Moyen-Age porte son intérêt pour le travail ouvrier ainsi  que pour l’affrontement médiéval avec les histoires de chevalier…
                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                       
                                                                                                                                                                                             
                                                                                                                                                                           II. Le début du XV° siècle
A. L’espace traité autrement
tournoi roi rené
Extrait du tournoi du Roi René (bnf)
Tentative de représenter la profondeur via les barrières et l’assistance en dernière plan. L’espace se creuse progressivement. Malheureusement je n’ai pas pu vous agrandir l’image mais si on regarde de plus près le geste d’attaque des chevaliers, on se rend compte que le bras est derrière la tête, ce qui est une marque d’amélioration (années 1420 à 1440)
                                                                                                                                                                                                        
B. Exploration dynamique: séquencer les parts du geste
martyr san sebastian
Ci-contre: Martyre San Sebastian de Antonio Pollaiolo (1475)
Tentative de rendre curieux par la représentation des différentes positions des archers: en bas à droite, il est de dos, puis de profil en bas à gauche, au milieu nous avons l’archer penché en vue de devant puis vue de derrière  avant d’être de face en haut à gauche, et vue de face 3/4 en haut à  droite: on voit bien les différentes positions et phases de tir.
Dans le livre des heures de Marie de Bourgogne (1460), une représentation de martyrs est plus riche car on voit les différentes positions des archers: arc baissé, moyennement monté et levé.
                                                                                                                                                          C. L’exemple ouvrier
3 fra angelico, St Nicholas calms a tempest, detailCi-dessous, Saint Nicolas de Berry de Fra Angelico. Ce qui est intéressant pour notre étude du mouvement c’est de regarder la jarre portée par les personnages du milieu. En  effet, la jarre rentre dans le tableau tandis que le blé sort vers nous. Cependant, on ne distingue pas le corps qui reste enveloppé.
Du côté des Belles du Duc de Berry, ci-dessous, c’est le mouvement du bûcheron qui va nous intéresser (en haut à gauche avec le vêtement bleu): la hache qu’il tient au dessus de sa tête semble rentrer dans le tableauriches hres du duc de berry mois d'hiv, mais ses jambes restent droite, l’appui est stable, sans intérêt;mais on remarque cependant qu’il y a tentative de restituer l’effort.
                                                                                                                                                                                             
                                                                                                                                                                                       
                                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                                                                 
                                                                                                                                                                                                               III. Installation de nouvelles phases
Il convient de noter les 3 types fondamentaux qui permettent de rendre dynamique le corps dans les arts visuels:
– le type de regard: le regard s’enrichit à la Renaissance, on regarde autrement. On se préoccupe de beaucoup d’actes, on met en scène le mouvement: le mouvement n’est pas dans un dessin,  il est présent dans l’ensemble de la scène via le vent, les plis dans les vêtements.
le type d’objet: le regard sélectionne les objets: c’est l’unité de regard.
– le type d’artifices: c’est la manière de recourir à des mises en scènes pour accentuer le mouvement.
A. Le type de regard:
– perspectives et effets: c’est les angles du regard, les lignes de force sont relevées dans les variétés de situations observées pour illustrer l’effervescence de la vie.
– étagement spatial: unicité d’un point de fuite qui permet d’obtenir un devant, un milieu, un derrière.
jeux de bruegel
<= point de fuite en haut à droite du tableau des jeux d’enfant de Bruegel
Ci-dessous quelques agrandissements de ce tableau pour bien apprécier le mouvement des personnages.
jeux de bruegel détail 2jpgjeux de bruegel détail jpg
– le relief: avec Léonard de Vinci
léo cheval relief
                                                                                                              – la profondeur gestuelle.
cain-tue-abel-titien
Tableau de Titien, Caïn tue Abel.
Ici, dans l’étude du mouvement il est intéressant d’observer les points d’appui des jambes de Caïn qui tue son frère Abel, lequel entraîné dans sa chute tombe vers le spectateur.
crucifixin du Tintoret 1565
La crucifixion du Tintoret 1565.
5 mètres de long sur 2 mètres de hauteur.
L’image est petite, mais si on s’y intéresse de plus près, les appuis, outils et positions donnent le sentiment que les gestes restituent le mouvement => il en résulte l’invention de la ligne de force.
                                                                                                                                                                            Ainsi, la Renaissance invente des manières différentes de regarder.
pollaiolo 1475, détail marttyr san sebasian
Par exemple, chez Pollaiolo et son martyr de San Sebastian (ici agrandissement) on a le même geste mais sous des angles différents; il est important de remarquer l’intérêt pour le corps, la nudité et les muscles. Il y a bel et bien une curiosité pour le geste et les séquences du mouvement. La vue de dos et la vue de face de ces archers représente la même chose mais sous un angle différent.
C’est l’invention de la Renaissance avec la fécondité de la vie.
                                                                                                                                                            – les lignes de force: on identifie les inclinaisons et les appuis avec notamment le fameux traité sur la peinture de Léonard, qui va être illustré par Poussin au XVII* en France.
idée de Léonard: si quelqu’un porte une pierre sur son épaule, que fait le reste du corps? d’où l’étude du corps avec l’épaule qui porte, les appuis et le respect de l’équilibre du corps.
                                                                                                                                                            – variété observée: les mouvements varient.
w champs bruegel
Chez Bruegel, le travail des champs est source de richesse et participe à l’explosion du mouvement avec les travaux des faux, les hommes qui ramassent leur récolte; la manière de regarder est enrichie.
B. Types d’objet:
Le regard sélectionne les objets: c’est l’unité du regard.
                                                                                                                                                             – Forces & muscles
XIR26259
Peinture du Titien, Hercule et Diomede où Hercule l’encercle.
Hercule restitue de la force lorsque l’on regarde non seulement le comportement de Diomede mais aussi sa position avec ses points d’appui.
Le galbé: les muscles en anatomie sont plutôt imaginés que restitués; il faut attendre la fin du XV* début du XVII* pour noter une phase de progression.
                                                                                                                        
                                                       
– L’infirmité: les mouvements sont compromis chez les infirmes et les mendiants, ce qui a pour conséquence de modifier les zones d’appuis qui ne sont plus des appuis normaux.
                                                                                                                                                                               
– Les situations: les mythes et la religion, le combat, le travail, les fêtes, les jeux…
Les hollandais semblent plus attentifs à la vie quotidienne que les latins. En effet, alors que les hollandais restituent le mouvement dans le quotidien (par exemple avec le travail des champs), les latins le restituent quant à eux via les mythes.
                                                                                                                                                               Au XVII* siècle, on est dans le classique, tout est ordonné comme le montre le carrousel de Louis XIV: carroussel louis xiv
Remarquez les lignes droites, la position ordonnée et précise des personnages.
C. Les types d’artifices:
C’est la manière de recourir à des mises en scène pour accentuer le mouvement, la structure spatiale est importante.
                                                                                                                                                                         – Opposition physique:
titien venus et adonis
<= Venus et Adonis de Titien.
titien hercule
                                                                                          Toujours du Titien: Bacchus et Ariane.
Les flottements des plis des vêtements dynamisent le mouvement.
                                                                                                                                                             – Orchestration du tableau
aveugles bruegel
les aveugles de Bruegel sur une pente descendante où leur mouvement induit la chute.
– Le décor et l’utilisation des outils accentuent également le mouvement et rendent dynamique la scène. Par exemple, les lances des guerriers dans un tableau restituent le mouvement.
Conclusion:
Inventer le mouvement dans les arts visuels, c’est inventer l’espace, la structure physique, favoriser les diversités et enfin recourir à des arts suggestifs.
Mes impressions:
Je suis enchantée de ce nouveau cycle de conférence organisé par Le Louvre! Cette première conférence a été extrêmement riche, le sujet est vaste et il y a beaucoup de choses à en dire, d’après ce que j’ai pu remarquer du haut de mon statut de novice. Mais c’est un véritable régal intellectuel et culturel qui donne des clés de compréhension dans la lecture des tableaux. Depuis que je suis ces cours d’initiation, j’ai un regard neuf sur les oeuvres; n’y connaissant rien dans l’art, seules mes émotions parlaient…là, j’éduque mon regard et apprécie toujours avec le coeur les peintures (en effet, j’ai une sensibilité accrue davantage pour la peinture que la sculpture par exemple) mais avec un vrai début d’analyse. Je vous encourage si vous êtes en région parisienne et intéressé(e) par ce sujet à me rejoindre!
Publicités

6 réflexions sur “Initiation à l’histoire de l’art, cycle 2 au Louvre – G. Vigarello

  1. Chapeau pour ce résumé très complet et pour la recherche des illustrations, dont j’imagine sans peine qu’elle t’a pris beaucoup de temps!… et vivement la prochaine conférence!

    1. Oui j’y ai passé quelques heures…c’est super que tu valides ce « compte rendu » comme ça je suis sûre de n’avoir commis aucun impair! Elles sont excellentes ces conf!

  2. Ping : Journal de lecture – mars 2013 | Et puis…

  3. Ping : Initiation à l’histoire de l’art, cycle 2 au Louvre – G. Vigarello n°2/5 | Les livres de Camille

  4. Ping : Initiation à l’histoire de l’art, cycle 2 au Louvre -G. Vigarello n°3/5 | Les livres de Camille

  5. Ping : Ressources cours | Annotary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s